Les remontées capillaires sont causées par la remontée de l’eau présente dans le sol à travers les matériaux poreux. Elles peuvent avoir des conséquences néfastes sur la structure du bâtiment, la qualité de l’air et la santé des occupants. Découvrez dans cet article la définition des remontées capillaires, leurs causes et les solutions qui existent pour les traiter.

Définition des remontées capillaires

Les remontées capillaires sont un phénomène d’humidité qui affecte les murs en contact avec le sol. Avant de traiter les remontées capillaires, il est indispensable de réaliser un diagnostic précis du problème. Celui-ci consiste à identifier les causes, les zones et les conséquences des remontées capillaires dans votre habitation. Il permet de déterminer le type de traitement le plus adapté à votre situation. Le diagnostic peut être effectué par un professionnel ou par vous-même, à l’aide de différents outils et méthodes. Demandez plusieurs devis pour comparer les prix et les prestations des différents intervenants.

Causes d’apparition des remontées capillaires

Les remontées capillaires sont dues à la présence d’eau dans le sol, qui remonte par capillarité à travers les matériaux poreux des murs. Plusieurs facteurs peuvent favoriser ce phénomène. L’une des causes peut être la nature du sol, qui peut être plus ou moins humide, argileux ou salin. La profondeur des fondations peut être trop proche du niveau de la nappe phréatique et occasionner les remontées capillaires.

Une autre raison de l’apparition de ce phénomène est l’absence ou le vieillissement d’un système d’étanchéité. Ce facteur peut être dû à une barrière physique, chimique ou électrique. Les conditions climatiques influencent aussi le taux d’humidité et la pression atmosphérique. La ventilation, l’isolation ou la perméabilité des murs sont affectées par les caractéristiques du bâtiment. Ces différentes causes sont susceptibles de provoquer et d’accentuer le problème des remontées capillaires.

Conséquences des remontées capillaires sur un bâtiment

Les ascensions capillaires sont un problème d’humidité qui affecte les murs en contact avec le sol. Elles peuvent avoir des conséquences néfastes sur la structure du bâtiment, la qualité de l’air et la santé des occupants. La dégradation des matériaux est l’une des conséquences des remontées capillaires. Ces derniers peuvent se fissurer, se décoller ou se déformer sous l’action de l’eau et des sels minéraux qu’elle transporte.

La formation de moisissures, de champignons ou de salpêtre est aussi l’une des conséquences. Ils altèrent la qualité de l’air intérieur et provoquent des allergies, des irritations ou des infections respiratoires. La diminution de l’isolation thermique et acoustique due à ce phénomène entraîne une augmentation des dépenses énergétiques et une baisse du confort. Les remontées capillaires peuvent aussi faire perdre de la valeur au logement. En effet, il est souvent difficile de vendre ou de louer une maison en cas de remontées capillaires non traitées.

Inconvénients des remontées capillaires pour la santé

Les remontées capillaires ne sont pas seulement un problème pour un bâtiment, mais représentent également un risque pour la santé des habitants. L’humidité excessive dans les murs favorise le développement de micro-organismes, tels que les moisissures, les champignons ou les acariens. Ces agents pathogènes provoquent ou aggravent des troubles respiratoires, comme l’asthme, la bronchite ou la sinusite.

Ils peuvent aussi causer des allergies, des irritations ou des infections cutanées. De plus, l’humidité entraîne une sensation de froid et d’inconfort, qui affecte le moral et le sommeil des occupants. Il est donc important de traiter les remontées capillaires dès leur apparition, en réalisant un diagnostic et en choisissant la solution la plus adaptée.

Solutions pour les remontées capillaires

Les remontées capillaires sont un problème d’humidité qui nécessite une intervention rapide et efficace. Le traitement des remontées capillaires vise à assurer l’étanchéité du mur et à empêcher l’eau de remonter du sol. Il existe plusieurs types de traitements, qui peuvent être classés en trois catégories. Les traitements physiques consistent à créer une barrière physique entre le mur et le sol. Il s’agit par exemple du cuvelage, de la saignée ou de l’enduit étanche.

Ces traitements sont souvent coûteux et nécessitent des travaux importants. Les traitements chimiques impliquent l’injection d’un produit hydrophobe dans le mur, par exemple de la résine ou de la silicone. Ces traitements sont plus simples à mettre en œuvre, mais ils peuvent être moins durables et plus polluants. Les traitements électriques impliquent la création d’un champ électrique inversé à celui de l’osmose, par exemple par l’assèchement électro-osmotique.

Ces traitements sont innovants et écologiques, mais ils sont encore peu répandus et leur efficacité n’est pas garantie. Le choix du traitement dépend du diagnostic, du type de mur, du budget et des préférences du propriétaire. N’hésitez pas à demander plusieurs devis et à comparer les avantages et les inconvénients de chaque solution.